Incendie


La visite des pompiers à la maison

L'aspect prévention des incendies constitue un volet essentiel du programme de mise en œuvre pour améliorer la sécurité sur notre territoire.

Pourquoi les pompiers doivent-ils visiter les maisons?

Il s’agit d’une obligation du schéma de couverture de risque en sécurité incendie qui stipule que tous les bâtiments du territoire du Canton d’Orford doivent être visités aux cinq (5) ans pour les résidents du secteur sud et aux trois (3) ans pour les résidents du secteur nord. Les bâtiments identifiés comme ayant un niveau de risque plus élevé* selon les critères du schéma de couverture de risque seront inspectés plus régulièrement.

*L’évaluation de risque tient compte en général de; l’usage du bâtiment, du nombre potentiel d’occupants, du nombre d’étages, de la superficie du bâtiment et de la présence d’un risque particulier ou de matières dangereuses.

Quand?

Les visites résidentielles auront lieu normalement le samedi entre 9 h et 16 h. La durée de la visite sera d’environ vingt (20) à trente (30) minutes, dépendamment si vous êtes relié à une centrale d’alarme ou non et si vous avez des questions que vous aimeriez poser.

Suite à la visite?

Suite à la visite des pompiers, si tous les éléments à vérifier sont présents et conformes, la prochaine visite aura lieu dans les prochains trois (3) ans ou cinq (5) ans.

Si toutefois, il s’avère avoir certains changements à apporter, plus couramment nommés «anomalies» ou «non-conformités à la règlementation municipale», dans votre bâtiment, un avis de correctifs à apporter vous sera envoyé par la poste ou par courriel. Dès la réception de l’avis, les modifications demandées devront être complétées et rapportées au service des incendies dans les délais prescrits sans quoi le propriétaire ou l’occupant s’expose aux pénalités et aux sanctions prévues aux articles 21 à 22.6 du Règlement #829 concernant la sécurité incendie.

En cas d’absence?

En cas d’absence, lors de notre passage, nous repasserons sur demande de rendez-vous. Sinon, la prochaine visite sera faite dans la prochaine période de cinq (5) ans ou (3) ans dépendamment de votre secteur (sud ou nord). Advenant le cas où vous aimeriez prendre rendez-vous, prière de contacter Monsieur Serge Berthelette, capitaine aux opérations du service des incendies du Canton d’Orford et responsable des visites de prévention résidentielles :

Serge Berthelette, T.P.I.
Cellulaire : 819 829-4101
s.berthelette@canton.orford.qc.ca

Seriez-vous prêt à nous recevoir?

Afin d’être prêt à nous recevoir, voici quelques points qui seront vérifiés lors de la visite :

1.     Présence et bonne visibilité de votre numéro civique à partir du chemin

Le numéro civique attribué par la municipalité pour un bâtiment, doit être facilement visible en tout temps (jours et nuits, été comme hiver) des deux côtés du chemin.

Il devient primordial de pouvoir rapidement retracer votre résidence que ce soit pour une urgence par rapport à votre santé, celle de vos proches ou lors d’un incendie.

La mauvaise identification ou l’absence d’un numéro civique sont encore fréquents de nos jours et augmentent inutilement les délais de réponse pour tous les services d’urgences (ambulance, service de police et service des incendies).

Lors d’une urgence, toutes les minutes sont importantes.

2.     Présence d’au moins un avertisseur de fumée (fonctionnel) à chaque étage

Où?

L’avertisseur doit être installé au plafond entre chaque aire où l’on dort et le reste du logement. Lorsque les aires où l’on dort sont desservies par des corridors, les avertisseurs doivent être installés dans les corridors. Évitez de le placer trop près de la cuisine, de la salle de bain ou de l’appareil de chauffage pour éviter les fausses alarmes redondantes. Également, il ne doit pas être installé trop près d’une prise ou d’une sortie d’air, d’un ventilateur, de fenêtres, etc., cela augmenterait les délais de détection.

Il est obligatoire d’avoir un avertisseur de fumée fonctionnel par étage ainsi que dans chaque pièce où l’on dort, qui ne fait pas partie d’un logement.

Rappelez-vous que la fumée monte, donc l’idéal est de l’installer au plafond, trop bas ou dans un coin diminuerait particulièrement la vitesse de détection donc du même coup, le succès de l’évacuation des occupants et le délai d’intervention. Si toutefois, il vous est impossible de l’installer au plafond, vous pouvez l’installer sur le mur mais vous devez respecter une distance minimale de quatre (4) pouces et un maximum de douze (12) pouces du mur ou du plafond, ni plus bas ni plus haut et évitez les coins. Il est important de toujours suivre les normes du fabricant de votre appareil pour l’installation.

Exemple :

installation avertisseurs de fumee

Constructions neuves?

Il est important de noter que pour toutes les constructions neuves, les avertisseurs doivent être reliés entre eux.

Photoélectrique ou Ionisation?

Si la grandeur de votre logement ne vous laisse pas le choix d’installer votre avertisseur près de la cuisine ou de la salle de bain, voici une solution simple pour réduire les fausses alarmes qui vous pousseraient à le décrocher : procurez-vous un avertisseur de type «photoélectrique» plutôt qu’à «ionisation». Ce type d’avertisseur s’avère moins sensible.

État et durée de vie?

Les avertisseurs de fumée ont normalement une durée de vie garantie de dix (10) ans. Par contre, les piles doivent tout de même être changées minimalement aux six (6) mois. Les appareils qui comptent plus de dix (10) ans après la date de fabrication, qui sont peints ou obstrués ne sont pas considérés fonctionnels.

Lors de notre visite, nous testerons le bon fonctionnement des avertisseurs et vérifierons leur emplacement.

3.     Présence d’un avertisseur de monoxyde de carbone

Qu’est-ce que le monoxyde de carbone?

Aussi appelé le «CO», le monoxyde de carbone est le produit d’une mauvaise combustion.

C’est un gaz inodore, incolore, ayant approximativement la même densité que l’air (il s’y mélange bien). Contrairement à la croyance populaire il n’est pas plus lourd ni plus léger que l’air et il est impossible à détecter par l’humain. Il s’agit d’un gaz mortel.

Lorsqu’il est respiré, le CO remplace l’oxygène dans le sang. Les organes deviennent incapables de fonctionner normalement. Les symptômes commencent relativement lentement, dépendamment de la concentration de CO respirée et du temps d’exposition. La concentration dans l’air est mesurée en partie par million (PPM), plus elle est importante, plus les symptômes apparaissent rapidement.

Les premiers malaises rapportés sont généralement des maux de tête, des nausées, des étourdissements et de la fatigue. Malheureusement, ces faits sont souvent associés à un début de grippe ou de gastroentérite. Lorsque la personne n’est pas immédiatement prise en charge cela peut mener rapidement à une perte de conscience. La mort peut suivre en quelques minutes seulement. C’est ce qu’on appelle une intoxication au monoxyde de carbone.

Voici un tableau qui démontre la corrélation entre la concentration de monoxyde de carbone dans l’air, le temps d’exposition et les symptômes retrouvés chez une personne adulte en santé.

Concentration de monoxyde de carbone dans l'air

Symptômes chez une personne adulte en santé1
ppm
35
Aucun effet à l'intérieur de 8 heures
100
Effets sur le sommeil, la mémoire et l'humeur après 8 heures
200
Léger mal de tête après une période de 2 à 3 heures
400
Mal de tête et nausées après une période de 1 à 2 heures
800
Mal de tête, nausées et étourdissements après 45 minutes, somnolence après 2 heures
1 000
Perte de conscience après 1 heure
1 600
Mal de tête, nausées et étourdissements après 20 minutes
perte de conscience après 30 minutes
3 200
Mal de tête, nausées et étourdissements après une période de 5 à 10 minutes
perte de conscience après 30 minutes
12 800
Effets physiologiques instantanés
perte de conscience et risque de mort à l’intérieur de 1 à 3 minutes

Les données du tableau proviennent du NFPA’S MEMBER NEWSLETTER, «CarbonMonoxide: A FactSheet»,
Fire News, no 809, octobre-novembre 1995, p. 7.

Que faire en cas d’exposition?
Si vous êtes exposé au monoxyde de carbone, que vous commencez à en ressentir des symptômes d’intoxication ou encore que votre avertisseur de monoxyde de carbone sonne l’alarme :

  • évacuez immédiatement les lieux;
  • appelez le 9-1-1;
  • attendez que le chef-pompier vous autorise de réintégrer le bâtiment.

Où placer l’avertisseur de monoxyde de carbone?

L’avertisseur doit être installé dans la résidence (surtout pas dans le garage) de façon à l’entendre pendant votre sommeil et toujours selon les normes du fabricant. Rien ne doit être placé devant l’appareil et celui-ci ne doit pas être trop près d’une source potentielle de monoxyde de carbone.

Tous les appareils et les véhicules qui brûlent un combustible (essence, diesel, bois, granules, propane, gaz naturel, huile à chauffage, naphte, kérosène ou encore le charbon) s’ils sont mal utilisés, peuvent produire du monoxyde de carbone.

Quand est-il nécessaire?

Tous les appareils et les véhicules qui brûlent un combustible (essence, diesel, bois, granules, propane, gaz naturel, huile à chauffage, naphte, kérosène ou encore le charbon), s’ils sont mal utilisés, peuvent produire du monoxyde de carbone.

Cet avertisseur est obligatoire lorsque vous avez un garage ou un atelier, où des appareils fonctionnant à combustion peuvent être mis en marche pour la réparation ou l’ajustement, attachés à la maison et/ou la présence d’un appareil à combustible solide (ex. : poêle aux bois, granules), à combustible liquide (ex. : fournaise à l’huile) ou combustible gazeux (ex. : cuisinière ou foyer au propane).

État et durée de vie?

Les avertisseurs de CO ont une durée de vie moyenne entre quatre (4) ans et sept (7) ans (vous référer au manuel du fabricant).  Normalement, la date de fabrication est inscrite derrière l’appareil.

Lors de notre visite, nous vérifierons l’emplacement et la date d’expiration de l’appareil.

4.     Présence d’un extincteur à cote minimale 2A 10BC près d’une sortie

Il n’est pas obligatoire, mais fortement recommandé d’avoir un extincteur portatif à la maison. Un extincteur à poudre de type 2A10BC est conseillé pour une résidence unifamiliale ordinaire surtout lorsque vous êtes équipé d’un appareil de chauffage d’appoint.

Il doit être positionné à un endroit stratégique et surtout il faut savoir l’utiliser convenablement (n’hésitez-pas à nous demander conseil lors de la visite). Celui-ci doit être installé près d’une sortie de façon à ne pas vous retrouver coincé dans la fumée ou dans l’incendie.

Une maintenance doit normalement être faite aux six (6) ans ou après chaque utilisation sur les extincteurs à poudre chimique mentionnés ci-dessus ainsi qu’un essai hydrostatique, douze (12) ans après la date de fabrication. Les extincteurs à poudre chimique jetables doivent être mis hors service douze (12) ans après la date de fabrication. (Référez-vous aux directives du fabricant).

En cas d’incendie, ne mettez jamais votre vie en danger, évacuez immédiatement les lieux et contacter le 9-1-1.

Autres exigences et recommandations utiles pour diminuer les risques d’incendie à la maison

Accès : Garder les moyens d’évacuation entretenus et dégagés en été comme en hiver. L’hiver, déneiger les fenêtres des chambres situées au sous-sol ainsi que tous les accès au bâtiment.

Cheminées : Votre cheminée et vos conduits de fumée doivent être ramonés selon l’utilisation que vous en faites mais minimalement une fois/année. Peu importe la fréquence d’utilisation, votre cheminée ne devrait jamais présenter plus que 3 mm de créosote. Si tel est le cas, elle ne devra pas être utilisée et être ramonée dès que possible.

Vous devez respecter les dégagements requis par le fabricant (plaque homologation) pour tous vos appareils à combustible et leurs composantes.

Tenir un dégagement d’un rayon de dix (10) pieds autour de l’extrémité de la cheminée (extérieur).

Il est fortement recommandé de faire ramoner votre cheminée et vos conduits de fumée par un ramoneur qualifié membre de l’association des professionnels du chauffage (APC) et qui pourra endosser son travail par l’émission d’un reçu.

Ne faites entreprendre aucuns travaux liés à un appareil à combustibles solides sans être certain de bien connaître la réglementation en vigueur. Les conséquences d’un oubli ou d’une erreur dans ce secteur peuvent être désastreuses. L’installation d’appareils combustibles devrait être faite par un technicien qualifié. Au moindre doute, faire inspecter votre appareil à combustible par un professionnel membre de l’APC.

Pour plus d’information sur L’APC cliquez sur le lien suivant :http://www.poelesfoyers.ca/

Cendres : Les cendres doivent être déposées à l’extérieur, dans des récipients fabriqués en matériaux incombustibles munis d’un couvercle métallique bien ajusté à fermeture automatique. Les contenants doivent être placés sur un revêtement de sol incombustible.

S’ils sont placés sur un revêtement de sol combustible, avoir un dessous muni d’un rebord ou de patte d’au moins 50 mm de hauteur.

Flammes nues : Ne jamais laisser une bougie sans surveillance.   Attention aux animaux!  Les chandelles laissées en compagnie d’animaux domestiques sont la cause de plusieurs incendies chaque année. Il est préférable d’acheter des chandelles dans un contenant de verre stable.

Liquides inflammables et combustibles : Assurez-vous que votre lieu de rangement des produits et liquides inflammables et combustibles est sécuritaire. Attention : aux enfants, aux sources de chaleur, aux réactions possibles du mélange des vapeurs avec les autres produits entreposés.

Tout comme les cendres, les matières susceptibles d’inflammation spontanée comme les chiffons huileux doivent être déposées dans des récipients fabriqués en matériaux incombustibles munis d’un couvercle métallique bien ajusté à fermeture automatique. S’ils sont placés sur un revêtement de sol combustible, avoir un dessous muni d’un rebord ou de patte d’au moins 50 mm de hauteur.

Piles : Changez les piles de vos avertisseurs à chaque changement d'heure.

Plan d’évacuation : Votre famille, vos enfants et vos colocataires sauront-ils quoi faire en cas d’incendie, où se réfugier? Avez-vous déterminé une marche à suivre, incluant un point de rassemblement en cas d’incendie? N’attendez pas de vous faire surprendre, faites-le maintenant!

Pour savoir comment faire un plan d’évacuation résidentiel cliquez sur ce lien.

http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/securite-incendie/citoyen-averti/conseils-prevention/plan-evacuation-maison-incendie.html

Obtention d’un permis de feu : Peu importe les types de brûlage, vous devez détenir un permis. Notez qu’en tout temps, il est strictement interdit de brûler si l’indice de propagation de la SOPFEU indique ÉLEVÉ ou TRÈS ÉLEVÉ et/ou que les vents sont de plus de 20 km/h. (Voir, pour les différentes demandes de permis de feu, notre site à «Formulaires de demandes», «Demande de permis», «Permis de feux» et choisissez celui qui vous convient.)

Pour d’autres conseils sur la prévention des incendies cliquez sur le lien suivant.

http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/securite-incendie/citoyen-averti.html

Coordonnées du service de prévention des incendies
2530, chemin du Parc, Orford (Québec) J1X 8R8
incendie@canton.orford.qc.ca
819 843-3111

*Pour les urgences ou pour signaler un incendie faites le 9-1-1